Aller à l'accueil

Napolitain Maison

27
oct.

Je ne saurai dire le nombre de souvenirs qui me sont revenus en tête… Et le plaisir à entendre ma Mimi me dire : « Maman ché tro bon ! »

Napolitain Maison - Cogedal

C’est parti pour la recette, pour un napolitain de 8 à 10 personnes :

  • 250 g de farine Grand Pâtissier
  • 1/2 sachet de levure
  • 200 g de sucre roux
  • 200 g de beurre fondu
  • 4 œufs
  • 1 cac d’arôme vanille
  • 2 à 3 cas rase de cacao en poudre
  • une pincée de sel
  • du rhum (optionnel)

Pour la ganache au chocolat :150g de chocolat noir, 120g de crème fraîche liquide
Pour le glaçage :100gr de sucre glace, 1 à 2 cas de lait, des vermicelles au chocolat (ou du chocolat râpé)
Pensez à organiser votre plan de travail  : le robot, son fouet et son K, trois moules de taille identique ou trois plaques, du papier sulfurisé.

  1. Préchauffez votre four à 180°.
  2. Faites fondre votre beurre et réservez. Dans le bol du robot, fouetter les œufs, le sucre et la pincée de sel. Ajoutez le beurre fondu, puis la farine Grand Pâtissier et la levure tamisées. Finissez par le rhum, Bien incorporez.
  3. Disposez un tiers de la préparation dans un autre bol. Ajoutez le cacao en poudre. Dans l’autre partie, ajoutez l’arôme vanille.
  4. Enfournez pendant 10 à12 minutes. Réservez.
  5. Réalisez la ganache : faites chauffer la crème liquide et versez sur le chocolat râpé. Lissez la préparation et réservez.
  6. Procédez au montage : une base vanillée, une couche de ganache, une couche cacaotée, une couche de ganache, et finissez par une couche vanillée.
  7. Pour le glaçage, mélange le sucre glace et le lait. Glacez votre gâteau et finissez avec vos vermicelles

Articles à (re)découvrir

Un atelier plutôt gourmand !

Bonjour à tous, Aujourd’hui, j’ai décidé de vous présenter une boulangerie/pâtisserie assez atypique du paysage réunionnais. Je vous explique !

Pudding de chia au lait de coco

Les recettes à base de graines de chia, j’en voyais passer depuis des mois sur les comptes "healthy" que je suis sur les réseaux sociaux, et du coup, comme pour résister à la tendance, je n’avais (...)